SAS Santé Mentale

Au-delà de la temporalité de l’urgence et du soins non programmés (SNP), le SAS développe une dimension parcours complexe intégrant la Santé Mentale. Nous avons répondu en 2022 à un appel à projet pour construire le SAS Santé Mentale des Yvelines, pour lequel nous avons reçu un avis favorable. Nous avons depuis travaillé avec les acteurs du terrain et les PTSM des Yvelines afin de co – construire le process de ce SAS Santé Mentale que nous avons présenté à nos partenaires en octobre 2022.

Le projet consiste à répondre aux appels de patients en souffrance psychiatrique, évalués par le SAMU-C15-SAS des Yvelines comme ne relevant pas d’une hospitalisation ou d’un passage aux urgences en associant des solutions en termes de prises en charge psychiatriques, psychologiques, paramédicales et médico-sociales.

CONTEXTE :

En 2022, la proportion de dossiers psychiatriques gérée par le SAMU Centre 15 des Yvelines représentait 4,7 % (soit environ 12500 dossiers) des Dossiers de Régulation Médicaux (DRM). L’enjeu est de répondre de façon adaptée à ces besoins de prise en charge, ainsi qu’inscrire le projet dans les logiques de parcours de soins territoriaux. Ce volet psychiatrique vient soutenir les dispositifs déjà existants sur le champ de la psychiatrie à des échelles intra-départementales (Groupe Hospitalier de Territoire Nord et Sud, CPTS, établissements, etc.) sans multiplier les outils, ni superposer des dispositifs semblables en intégrant les contraintes des structures conventionnelles, les modèles organisationnels innovants et les professionnels libéraux impliqués en Santé Mentale.

Tous les médecins psychiatres hospitaliers et libéraux du département partagent le constat de la croissance des détresses psychiatriques, notamment chez les populations jeunes, ainsi que chez les sujets âgés. Ces constats étant aggravés par la pénurie de praticiens sur le département et une saturation des effecteurs en Santé Mentale de tous les secteurs de psychiatrie.

OBJECTIFS :

En tant que guichet d’entrée téléphonique pour les urgences ressenties, le SAS 78 réceptionne un volume conséquent d’appels qu’il régule puis oriente. Pour les problématiques relevant de la Santé Mentale, après évaluation par le médecin régulateur, l’orientation vers le dispositif adéquat nécessitent la réalisation d’une expertise par un professionnel disposant d’une connaissance fine du maillage territorial des solutions existantes recouvrant de la psychiatrie. Un infirmier diplômé d’état avec une expérience en psychiatrie sera en charge :

  • Évaluer les symptômes et le contexte à l’origine de l’appel,
  • Fournir des informations concernant les modalités de prise en charge aux médecins régulateurs
  • Écouter, conseiller, orienter le patient et son entourage
  • Contribuer à la mise en œuvre de la décision médicale
  • Faire le lien avec les effecteurs et dispositifs du territoire
  • Assurer les rappels de suivi 24h/48h/72h

Au-delà des dispositifs existants, les effecteurs libéraux acteurs en santé mentale (psychiatres, médecins généralistes et psychologues) sur le territoire seront invités à participer à la prise en charge les situations afin de soutenir les structures déjà très saturées.

Nous visons donc les actions suivantes :

  • Proposer une première réponse téléphonique aux personnes en souffrance ou en urgence psychiatrique par un professionnel de type IDE Psychiatrie.
  • Élaborer une évaluation plus approfondie dans le champ de la psychiatrie que celle offerte par la régulation existante.
  • Relayer le patient le nécessitant vers une prise en charge dans les 24-72 heures maximum auprès d’un dispositif, un acteur de santé mentale, un praticien institutionnel ou libéral, en fonction de l’évaluation réalisée.